JOURNAL DE BORD | Le bestiaire animal (part. 1)

Bonjour à toutes et à tous, j’espère que vous allez bien et je vous souhaite une très bonne nouvelle année. Pour celles et ceux qui me découvrent, je suis Merry et voici mon journal de bord de travail version 2021 !

Le journal de bord est un format court dans lequel je parle des étapes de réalisation de mes projets vidéo, et en particulier les projets Patreon comme les dossiers jeu vidéo ou les reportages. Je vous invite à découvrir ma vidéo sur le genre cyberpunk sortie en décembre mais aujourd’hui on va plutôt s’intéresser à mon plus récent projet : mon dossier sur le bestiaire dans le jeu vidéo.


Le journal de bord en vidéo


La génèse du projet

Il y a quelques mois, j’ai commencé à travailler sur un nouveau dossier. En vérité, je me suis enfin intéressée à un sujet qui me démange depuis très, très, très longtemps : la présence des animaux dans les jeux vidéos.

Tout commence avec une réflexion que je me suis faite en jouant il y a des années à The Witcher 3 de CDProjekt : je me souviens avoir été frappée par le comportement sauvage le moins crédible de l’univers des animaux sauvages présents dans le jeu (les ours, les meutes de loups, les meutes de chiens sauvages…) à tel point que ça m’avait assez vivement interrogée sur cette notion de représentation des animaux dans le jeu vidéo.

Mon prochain thème est donc tout désigné, mais pour devenir un véritable sujet il lui manquait encore une approche, un angle, une problématique.

D’emblée, deux axes autour du bestiaire m’ont intéressée : d’une part les possibles réflexions autour de l’implémentation des animaux existants –donc les chiens, les loups, les ours, les insectes, les animaux marins, et d’autre part les réflexions autour de la création d’animaux imaginaires –donc les hybrides, les animaux légendaires par exemple. Pour cette raison, j’ai souhaité couper le sujet du bestiaire en deux vidéos distinctes, et dans ce journal de bord on va donc parler de la première vidéo.

Ma problématique

Pour la première vidéo, et en réaction face à ce que m’avait fait ressentir The Witcher 3, ma problématique s’est plutôt imposée d’elle-même : peut-on repenser le bestiaire animal existant ?

Me voilà donc avec un premier sujet, formulé et dont je n’ai pour le moment aucune idée de la réponse : peut-on repenser le bestiaire animal ?

Je peux vous dire qu’à l’heure où j’enregistre cette vidéo, j’ai une, et même plusieurs réponses à cette question et j’en suis vraiment contente parce que ce n’était pas gagné.

Cadrer mon sujet

Pour ne pas partir dans tous les sens, j’ai dû commencer par cadrer mon sujet, lui poser des barrières, lui imposer des limites. Et pour cela, j’ai commencé par expliciter ma problématique terme après terme :

Le terme repenser : repenser, est-ce possible ? Si oui, comment et dans quelles mesures ?
Cela signifie également que l’implémentation du bestiaire a été pensée à un moment donné. Alors comment a t-elle été pensée à la base ? Comment les animaux sont-ils actuellement représentés dans le jeu vidéo ?

En ce qui concerne le terme bestiaire, il va s’agir de définir le terme, à la fois de manière générale et pour le jeu vidéo.

Le terme animal doit également être explicité : ici il va s’agir des êtres vivants existants à l’exception du royaume végétal, et auquel on extrait généralement également l’humain. C’est en tout cas la définition commune du terme animal dans la recherche académique autour des relations humain-animaux.

Le terme existant va quant à lui limiter l’étude de cette question aux animaux terrestres qui existent physiquement dans le réel : les chiens, les ours, les insectes etc.

À partir d’ici, j’ai défini les premières limites de mon sujet et une direction. Dans un premier temps, il va falloir définir la notion de bestiaire. Ensuite, il faudra comprendre comment a été pensée l’implémentation des animaux –un terme qu’on vient également de définir–, et enfin, arriver à savoir si cette ou ces manières d’implémenter et représenter les animaux peuvent changer ou évoluer.

La prochaine étape

Maintenant : comment répondre à toutes ces questions ? À mon sens, là où j’ai le plus de chances d’en trouver, c’est dans la recherche académique, et dans les articles de presse spécialisée. L’étape suivante est donc la recherche des réponses à nos questions et, comme vous le verrez, c’est là que ça se complique.

Dans un prochain journal de bord, je vous parlerai de cette étape de recherche qui m’a amenée au stade où j’en suis actuellement : la rédaction du corps de la vidéo.

J’espère que ce journal de bord vous a plu. Je vous retrouve très vite sur YouTube et en direct sur Twitch : en ce moment on découvre Cyberpunk 2077, le premier replay est déjà disponible ! Je vous souhaite une très bonne journée ou soirée selon le moment où vous regardez cette vidéo et à bientôt pour un nouveau journal de bord !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*